Les sectes mises en causes. Sociologie politique de la "lutte contre les sectes" en France (1970-2010), (sous la direction de M. Offerlé), Paris, EHESS (mention Sociologie), 2012.

Résumé: Étude socio-historique du développement de la "lutte contre les sectes", cette recherche montre comment la question des sectes est devenue un enjeu politique et public de premier plan en France, ainsi qu’un objet de controverse internationale. Sur la base d’une enquête de terrain multi-méthodes (entretiens, ethnographie, archives et statistiques) menée de façon symétrique auprès des opposants aux sectes comme des groupes incriminés, ce travail revient sur l’hypothèse classique selon laquelle la « lutte » française serait avant tout le produit de la culture religieuse nationale. La sociologie de l’État, la sociologie des mobilisations et l’étude des relations internationales permettent alors de compléter les explications généralement avancées. L’analyse dissèque les mécanismes par lesquels les pouvoirs publics se sont saisis de cette cause et l’ont en retour légitimée. Elle éclaire aussi les déterminants de l’incrimination française à l’étranger en étudiant le rôle de mobilisations transnationales dans la controverse internationale. Contribution à l’histoire sociale de la France post-1968, cette étude s’inscrit dans certains débats théoriques relatifs au rôle des pouvoirs publics dans la structuration de causes privées ; au recours à l’international dans l’arbitrage des conflits locaux ; ainsi qu’à certaines transformations contemporaines de l’action collective.

Mots clés: Sectes, France, Groupes d’intérêt, État, Action collective, Plaidoyer, Mobilisations transnationales, Action publique, Relations internationales, Expertise, Religion

Fermer la fenêtre