Sciences Po CSO/CNRS CNRS

Territoires et développement urbain

Naguère considérées comme paradoxales, les rétroactions entre la mondialisation, d’un côté, et la forte poussée de l’urbanisation, ainsi que la localisation renforcée des activités de pointe de l’économie contemporaine de l’autre, font dorénavant l’objet d’un consensus scientifique.
Ce programme de recherche – comparatif et international - s’intéresse aux dynamiques économiques territoriales liées à l'émergence des nouvelles technologies et des activités d’innovation, afin de mesurer l’impact de ce développement sur l’agencement spatial et sur les relations à distance.
Enfin, différents travaux analysent les transformations des rapports entre territoires, leurs effets pour la conduite de l’action publique, le rôle et la place de l’État.

Les opérations de recherche de ce programme porteront sur trois grandes dimensions de la localisation des interactions et la formation des identités :

Réseaux d’acteurs à l’échelle locale

Plusieurs recherches comparatives sont menées : une sur les villes américaines d’Allentown et Youngstown et une autre sur les réseaux d’élites dans les régions métropolitaines de Los Angeles et San Francisco. Cette recherche sera étendue à une cartographie des réseaux d’acteurs qui jouent des rôles clés dans la gouvernance économique des quatre villes principales du monde occidental : Paris, Londres, New York et Los Angeles. Sur la base de données sur les métropoles américaines, une analyse des élites beaucoup plus détaillée permettra d’éclairer ce sujet.

Appartenance régionale

Il s’agira d’analyser la notion d’appartenance régionale comme élément de la coordination économique ou bien comme élément explicatif des dysfonctionnements de la coordination économique à l’échelle régionale. Le terme d’« appartenance » ne désigne pas le seul sentiment subjectif et explicite d’appartenance, mais plutôt les traits identitaires partagés par les acteurs économiques d’une région. Cette analyse sera complétée par le recueil d’indicateurs objectifs du statut et de l’identité des acteurs de différentes régions.

Social movement

La troisième dimension de ce programme de recherche consistera à appliquer la notion de « social movement » au maillage des organisations qui participent à la gouvernance économique d’une région. Cette recherche partira des théories de réseaux d’acteurs, mais cette fois l’objet sera les organisations et leurs interrelations. Bien plus qu’une analyse formelle des réseaux (désormais assez banal en sociologie), il s’agira de savoir dans quelle mesure les interactions entre organisations parviennent à mettre en place une dynamique d’action commune, qui s’apparenterait à un mouvement social, en rapport avec la gouvernance économique de la région.

Recherches