Sciences Po CSO/CNRS CNRS
Séminaire Réseaux - Régulation / Networks - Regulation Seminar
Séminaire Réseaux et Régulation avec Claude Compagnone et Jaime Montes Linh
29 Mai 2015

Les prochains invités du séminaire "Réseaux et Régulation" seront Claude Compagnone, AgroSup Dijon (UMR Cesaer) et Jaime Montes Linh

L'intervention de Claude Compagnone portera sur "Dynamique de changement en agriculture et réseaux de dialogues professionnels"

Résumé :
A l’heure où la question des changements entrepris par les agriculteurs vers la mise en œuvre de pratiques plus respectueuses de l’environnement devient essentielle, je cherche à comprendre comment, du fait de certaines caractéristiques des réseaux sociaux dans lesquels ces agriculteurs sont insérés, ils se trouvent socialement, et du coup cognitivement, plus ou moins bien armés pour faire face aux changements auxquels ils sont confrontés. Mon objectif est donc de rendre compte de la façon dont leur dynamique de changement est liée aux dialogues professionnels ordinaires qu’ils peuvent entretenir localement avec d’autres personnes – agriculteurs ou conseillers – dans leur activité, ces dialogues permettant la constitution et l’échange de ressources cognitives et l'élaboration de normes.
Dans mon intervention, je m’appuierai sur les résultats de deux recherches. La première se centre sur l’étude comparative de deux réseaux complets de viticulteurs bourguignons constitués à l’échelle communale. Elle montre comment, dans des réseaux de forme noyau / périphérie, la dynamique de changement suit les relations qu'entretiennent les agriculteurs entre eux et se fait essentiellement du noyau vers la périphérie. La seconde recherche s’intéresse à trois réseaux personnels de céréaliers bourguignons mettant en œuvre des méthodes naturelles de lutte contre les ravageurs et les maladies des cultures. Elle fait apparaître l’étendue sociale et géographique de ces réseaux et la position que les agriculteurs « innovateurs » y occupent. Par rapport au travail mené sur les communes viticoles, cette seconde recherche s’appuie de manière plus marquée sur la notion de capital social à travers l'usage qu’en fait Putnam (2000) (capital social “bridging” vs capital social “bonding”).
Références
Compagnone C., 2014. Les viticulteurs bourguignons et le respect de l’environnement. Réseaux de dialogues professionnels et dynamique de changement. Revue Française de Sociologie, 55 (2), 319-358.
Compagnone C., Hellec F., 2015. Farmer’s Professional Dialogue Networks and Dynamics of Change. The Case of ICP and no-Tillage in Burgundy (France). Rural Sociology. [early view on line].

L'intervention de Jaime Montes Linh portera sur "Apprentissages collectifs au cours de la transition écologique : le cas de la conversion de viticulteurs à l'agriculture biologique et biodynamique"

Résumé :
Depuis une perspective théorique se situant au croisement de la sociologie économique et de la sociologie de la connaissance, cette présentation a pour objectif d’examiner les mécanismes sociaux à l’œuvre dans la transition d'un milieu viticole vers l’agriculture biologique ou biodynamique. Sur la base d'un travail ethnographique et de l’analyse d'un réseau complet qui révèle les interdépendances entre la totalité des producteurs engagés dans ces formes de production sur le vignoble de la Côte de Beaune – soit plus de soixante viticulteurs certifiés ou en cours de certification en agriculture biologique ou biodynamique, sont analysés les processus d’apprentissage collectif sur lesquels s'articule cette transition.
Les viticulteurs en bio ne pouvant faire usage de pesticides de synthèse, bannis par le cahier des charges de l'agriculture biologique et biodynamique, sont confrontés à des risques plus difficilement maîtrisables que ceux produisant de manière conventionnelle. Dans ce contexte, lorsqu’ils se convertissent au bio, ils doivent mobiliser de nouvelles connaissances et acquérir une capacité d'observation et d'interprétation des signes de la nature qui a été oubliée et dévalorisée par la culture technico-scientifique. La participation de ces producteurs à une communauté épistémique composée de pairs est donc une composante fondamentale de leur travail quotidien car elle leur permet de valider la pertinence technique et sociale de leurs décisions.
Ce travail de recherche fait apparaître que l'apprentissage des viticulteurs au moment de leur conversion et ensuite dans leur activité ordinaire est réellement collectif, c'est-à-dire qu'il s'appuie sur une tendance aux échanges en structures groupales. L'analyse des interdépendances entre viticulteurs nous a permis d'observer que ce sont deux processus d'apprentissage qui se déploient en parallèle. Ils se différencient par le mode de légitimation des revendications épistémiques et par l'horizon temporel des décisions techniques des acteurs.


Le séminaire "Réseaux et Régulation" du CSO propose un lieu de réflexion sur les concepts et méthodes de la sociologie néo-structurale, ainsi que sur sa contribution au développement des théories de l'action individuelle et collective, en particulier dans les marchés et les organisations. Il met un accent particulier sur l'analyse des structures relationnelles intra- et inter-organisationnelles et sa contribution à l'étude des processus sociaux (solidarités, contrôles, régulations, équilibrages des pouvoirs, apprentissages, discriminations, etc.) caractérisant la société organisationnelle et le monde des affaires.

Pour en savoir plus sur le séminaire...

==> Date : 29 mai 2015, de 14h à 17h

==> Lieu : CSO, 19 rue Amélie 75007 Paris (métro La Tour-Maubourg)

==> Informations pratiques : entrée libre dans la limite des places disponibles.

==> Contacts : Emmanuel Lazega, Claire Lemercier