Sciences Po CSO/CNRS CNRS

L'équipe du projet C3D

AU JOUR LE JOUR // FROM DAY TO DAY
Édité le 22 Décembre 2006

Equipe du projet C3D


Chercheurs du CSO

Sophie Dubuisson-Quellier coordonne le projet C3D ("Collectifs de consommateurs, questionnement social, consommation durable"). Chargée de recherche CNRS au CSO, elle a contribué au développement de la sociologie des relations marchandes, une sociologie permettant d’appréhender les marchés sous l’angle des relations qu’établissent différents dispositifs entre les producteurs, les distributeurs et les consommateurs. Elle envisage depuis peu cette question sous un angle politique, en étudiant la manière dont le marché devient aussi un lieu d’expression d’engagements de nature politique.
En plus du projet C3D, elle coordonne le projet "Sociétés et cultures dans le développement durable", financé sur l’ACI (Action concertée incitative) (1), dans lequel l'équipe étudie les fondements de la durabilité de nouvelles formes d’échanges autour de produits alimentaires. Il s'étend de 2005 à 2008 et permet d’analyser un volet complémentaire de la question que l’équipe souhaite étudier dans le projet C3D.
Ces deux projets constituent les engagements de Sophie Dubuisson-Quellier en matière de recherche, ils représentent le cadre concret pour la mise en œuvre du projet de recherche sur lequel elle a été recrutée par le CNRS (politiques et relations marchandes). Ils permettent la création d’une orientation sur le développement durable au sein du Centre de sociologie des organisations.
E-mail : Sophie Dubuisson-Quellier

Ronan Le Velly est économiste de formation. Il a soutenu en 2004 une thèse en sociologie économique sur le commerce équitable comme forme d’échange alternative au marché, sous la direction d’Alain Caillé. Ses travaux mobilisent à la fois l’économie et l’approche sociologique des relations marchandes. Il s’intéresse à la manière dont une économie morale et domestique peut être envisagée à l’échelle planétaire, à partir des notions de "justice" et "d’équité". Il est professeur agrégé du secondaire à l’université de Nantes et travaille actuellement sur le commerce équitable local.

Pauline Barraud de Lagerie, doctorante au CSO, a obtenu une bourse MERT (bourse attribuée par le ministère délégué à la Recherche) sur l’ACI "Sociétés et cultures dans le développement durable". Elle effectue une thèse sur le commerce éthique et la consommation engagée.

Guilhem Anzalone est également doctorant au CSO. Il commence une thèse (financée par une BDI - bourse de doctorat pour ingénieur)du CNRS, sur une étude du cas de la viande et de son mode de production dans le fonctionnement des marchés.

Antoine Debure a collaboré à ce projet de septembre 2005 à septembre 2006. Il est actuellement doctorant à l’INRA (Institut national de recherche agronomique) et à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales | laboratoire "Transformations sociales et politiques liées au vivant")



Chercheurs de l'université de Liège

Marc Mormont est professeur de sociologie à l’université de Liège où il coordonne une unité de recherche centrée sur la relation environnement – développement. Après avoir contribué au renouvellement de la sociologie rurale européenne, il a centré le développement de cette unité de recherche vers les formes d’action collective qui se développent autour des enjeux environnementaux. C’est dans cet angle d’approche par l’action collective que la question du développement durable est posée dans une série de recherches qui couvrent les thématiques de la nature, de la gestion des risques, de l’agriculture. Cette démarche privilégie une approche non normative du développement durable au profit d’analyses en termes de changement, d’apprentissage et de transformation des organisations.
La question de la consommation est abordée à la suite d’une série de travaux sur le secteur agricole et agroalimentaire en partant de l’hypothèse que la place des consommateurs dans la redéfinition des filières est une variable clé de la reconfiguration vers une plus grande durabilité.
Marc Mormont coordonne aussi une formation de troisième cycle (DES/DEA) à l’université de Liège ("Développement durable : savoirs et action collective") ainsi qu’un DEA inter-universitaire intitulé "Développement, environnement et sociétés".

Pierre Stassart a obtenu un diplôme d’ingénieur agronome à l’université catholique de Louvain (UCL) en 1983. Après quatre années d’activités dans le secteur coopératif en Belgique, il a coordonné la mise en œuvre d’un projet de recherche de vulgarisation participative puis celle d’un réseau régional d’expertise thématique sur "Participation paysanne et agriculture durable" en Afrique Centrale (Rwanda et Est du Congo) de 1988 à 1992. De retour en Belgique, il a initié en Flandre, en collaboration avec une organisation paysanne, un programme d’agriculture durable. Entre-temps, son intérêt pour les travaux du groupe de recherche en sociologie rurale de la Fondation universitaire luxembourgeoise l’a amené à s’engager comme chercheur et à mettre en œuvre différents projets de recherche interdisciplinaire (sociologie économie et agronomie) centrés sur les nouvelles filières agroalimentaires et le développement durable. C’est dans ce cadre qu’il a soutenu en 2002 une thèse de doctorat en Sciences de l’environnement intitulée "Produits fermiers : entre qualification et identité" sous la direction de Marc Mormont (ULG) et de Sarah Whatmore (Université d’Oxford).

Mélanie Louviaux, doctorante et Armony Piron, étudiante en master, contribuent également au sein de l’équipe de l’université de Liège, à ce projet.



Chercheurs de l'université d’Oxford

Sarah Whatmore est professeur de géographie et directrice de l’International Graduate School au Center for the Environment d’Oxford University.
Ses travaux portent sur l’analyse des relations entre humains et non-humains et la manière dont ces relations sont conçues et mises en œuvre dans le cadre de la production scientifique, de la gouvernance politique ou dans la vie de tous les jours.
Elle a publié des travaux sur les implications tant politiques que théoriques de cette approche, plus particulièrement dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation, des biotechnologies et de la biodiversité. Elle conduit des travaux actuellement sur les espaces écologiques et les pratiques urbaines, ainsi que sur les réseaux alimentaires alternatifs.

Jamie Lorimer, post-doctorant et Pamela Richardson participent également à ce projet aux côtés de Sarah Whatmore.


L’équipe de l'INRA

Christian Deverre est directeur de recherche en sociologie de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Il a dirigé l’unité Eco-développement du département sciences pour l’action et le développement à Avignon, jusqu'en septembre 2006. Cette unité de recherche, pluridisciplinaire, traite des relations entre activités agricoles et questions d’environnement. Il reste aujourd'hui membre de l'unité et il est également en charge pour son département de recherche de l’animation du champ thématique "Dispositifs d’action collective et normes pour l’environnement". Il mène depuis 15 ans des recherches sur la mise en œuvre des politiques d’environnement dans l’espace rural et les innovations techniques, sociales et organisationnelles qu’elles génèrent.

Claire Lamine a soutenu en 2003 une thèse sur les mangeurs bio-intermittents à l’EHESS. Elle s’est intéressée aux trajectoires de mangeurs et à leurs pratiques d’achat et culinaires, mais aussi aux dispositifs alternatifs de production-commercialisation de produits biologiques impliquant les consommateurs (AMAP). Elle a réalisé un post-doc à l’université de Liège sur le thème "Alimentation, agriculture et gouvernance" sous la direction de Marc Mormont, dans le cadre d’un projet de recherche sur l’élevage et les liens entre éleveurs et consommateurs. Elle est ingénieur de recherche au sein de l’unité Eco-Innov de l’INRA.

Nathalie Perrot, doctorante sous la direction de Christian Deverre, est intervenue sur ce projet de septembre 2005 à septembre 2006 en collaboration avec Claire Lamine.



Une "Action concertée incitative" (ACI) est une forme de soutien attribuée par le ministère délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche pour financer des projets de recherche scientifique.