Sciences Po CSO/CNRS CNRS

Présentation du Projet ANR "Collectifs de consommateurs | Questionnement social |Consommation durable" (C3D)

ANNEXE DE DOSSIER
Édité le 22 Décembre 2006


Le projet "Collectifs de consommateurs, questionnement social et consommation durable" (C3D) est financé par l’Agence nationale pour la recherche (ANR), sur le programme "Agriculture et développement durable". Il a été lancé en septembre 2005.

Sophie Dubuisson-Quellier responsable du projet coordonne 4 équipes qui regroupent 11 personnes au total. C’est un projet de dimension européenne qui associe le CSO (CNRS et Sciences Po), les universités de Liège et d’Oxford et l’unité Eco-développement de l’Institut national de recherche agronomique (SAD/Sciences pour l’action et le développement).
Il englobe aussi un autre programme de recherche (l’Action concertée incitative (1) "Sociétés et cultures dans le développement durable") conduit par la même équipe, soutenu par le ministère délégué à l’Enseignement supérieur et à la Recherche "Produire, vendre et consommer : attachement à la nature et développement durable".

On observe aujourd’hui de nouvelles formes d’associations entre producteurs et consommateurs : on parle de commerce équitable, de consommation modérée, ou encore de consommation responsable et les réseaux de distributions alternatifs, de type "AMAP (2)" fleurissent au cœur des villes…
L’équipe du projet C3D s’intéresse tout particulièrement à ces nouvelles manières d’envisager les échanges autour de produits alimentaires.

Concrètement ces chercheurs analysent comment se mettent en place aujourd’hui des pratiques ou des discours promouvant une consommation dite durable, c’est-à-dire une consommation exigeant des producteurs et des marchands le respect de certaines règles en matière d’environnement, de droits sociaux et d’équité économique. Ils étudient comment ce marché peut devenir également un lieu d’expression d’engagements de nature politique.

Pour cela ils s’intéressent à des pratiques concrètes : ils observent et analysent les différents types d’associations créées entre producteurs et consommateurs ou distributeurs et consommateurs qui ont pour but de fonder des formes de production et d’échanges alternatives au marché de masse (AMAP, coopératives de consommateurs, commerce équitable, commerce local).

L’étude de ces nouvelles associations vise à identifier ce que producteurs, distributeurs et consommateurs envisagent de redéfinir en matière de pratiques productives (quelle agriculture pour quels produits ?) et de pratiques commerciales (quelle forme de mise en marché pour quels produits ?).

L’équipe explore également la manière dont certaines associations cherchent à mobiliser les consommateurs autour de ces projets, en promouvant des circuits alternatifs ou en équipant le consommateur pour l’exercice d’une consommation durable. Par exemple en lui indiquant comment sont produits les biens qu'il achète ou en l'informant sur les problématiques environnementales associées aux modes de consommation.

Les chercheurs qui participent à ce projet ont des profils différents qui favorisent une approche scientifique pluridisciplinaire alliant : la sociologie et la géographie de l’environnement, les sciences de l’environnement, l’anthropologie de l’alimentation, la sociologie des relations marchandes, l’économie des filières alternatives, la sociologie de l’action collective ainsi que l’approche des nouvelles formes d’expertise et de délibération.

Ils ont pour volonté de construire un réseau à l’échelle européenne qui rassemblerait les travaux de chercheurs qui, comme eux, s’intéressent au rôle de la consommation et aux mécanismes qui résident à la frontière du marchand et du politique.

Ce projet aboutira, entre autres, à l’organisation d’un colloque international autour de la consommation durable prévu en mai 2008, à Arlon (Belgique).

- Pour en savoir plus téléchargez le projet déposé auprès de l’ANR (lancé en septembre 2005)




(1) Une "Action concertée incitative" (ACI) est une forme de soutien attribuée par le ministère délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche pour financer des projets de recherche scientifique.

(2)
Qu'est-ce qu'une AMAP ?
Une association pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) est, en France, un partenariat entre un groupe de consommateurs et une ferme locale, basé sur un système de distribution de "paniers" composés des produits de la ferme. C’est un contrat solidaire, basé sur un engagement financier des consommateurs, qui payent à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie par le type de production et le lieu géographique. Ce système fonctionne donc sur le principe de la confiance et de la responsabilisation du consommateur.

Elle correspond à la "Community Supported Agriculture" (CSA) pour les pays anglophones.
Copyright :
Wikipédia, l'encyclopédie libre