Sciences Po CSO/CNRS CNRS

Financements SAB (Scientific Advisory Board) de Sciences Po : sélection de 3 projets gérés par Marie-Emmanuelle Chessel, Sophie Dubuisson-Quellier et Gwenaële Rot

AU JOUR LE JOUR // FROM DAY TO DAY
Édité le 2 Juin 2016

Le « Conseil externe de la direction scientifique » (Scientific Advisory Board - SAB) s’est réuni vendredi 22 avril 2016 afin d’examiner et d’évaluer les 30 propositions scientifiques reçues en réponse à l’appel à propositions lancé en fin d’année 2015. A l’issue de cette procédure, 18 projets de recherche ont été retenus pour financement dont 3 menés par des chercheures du CSO :

Marie-Emmanuelle Chessel :

The Catholic businessman and his wife : reimagining the bourgeoisie in France in the second half of the twentieth century

Ce projet vise à réfléchir à l’histoire sociale de la bourgeoisie catholique française dans la deuxième moitié du XX e siècle. Il s’agit de prendre appui sur une recherche monographique menée sur le Centre français du patronat chrétien (CFPC), dont les principaux résultats doivent être publiés, et d’en approfondir plusieurs aspects. Le premier consiste à mieux qualifier les patrons chrétiens mobilisés dans le CFPC dans le cadre d’une recherche prosopographique. Le deuxième consiste à comparer le CFPC avec des mouvements similaires dans d’autres pays (Belgique, Italie) et à intégrer son histoire dans celle d’un mouvement international chrétien (UNIAPAC). Le troisième consiste à réfléchir au rôle des femmes dans de tels mouvements, et à l’articulation des engagements féminins et masculins dans les milieux chrétiens.


Sophie Dubuisson-Quellier :

Changing food consumption practices in turbulent Europe (Changing Food)

Ce projet SAB vise à permettre le dépôt à l’horizon 2017 d’un projet H2020 porté par le professeur Lotte Holm de l’Université de Copenhaguen et dont le CSO sera le partenaire français. Le projet Changing Food Consumption Practices in Turbulent Europe (Changingfood) propose d’analyser les pratiques de consommation alimentaires et les modes de gouvernance de l’aimantation dans le contexte de crise économique en Europe. Il s’agit notamment d’étudier la façon dont les comportements alimentaires de individus sont affectés par ce contexte particulier et la manière dont les principaux acteurs de la gouvernance alimentaire, Etats, entreprises, associations modifient ou adaptent leurs agendas en matière notamment de santé publique et de lutte contre le changement climatique face à cette situation économique. Le projet associera dix pays de l’Union Européenne, articulera méthodologies quantitatives et qualitatives. Sophie Dubuisson-Quellier sera responsable du workpackage autour de la gouvernance alimentaire et coordonnera des enquêtes menées dans plusieurs des pays partenaires, dont la France, auprès d’acteurs et d’organisation publiques, privées et associatives pour identifier les instruments et les modalités de l’action publique alimentaire en contexte de crise économique et la manière dont les problématiques de santé publique et de lutte contre le changement climatique se trouvent reconfigurés.


Gwenaële Rot :

Sociology and poetics of industry in the age of automation (1955-1965)

Ce projet est né de la découverte d'un ensemble de dessins préparatoires lors d'une exposition du peintre Reynold Arnould (1919-1980) intitulé (Forces et rythmes de l'industrie, 1959, Musée des Arts Décoratifs, Paris). Cette exposition, financée par une douzaine de grandes entreprises, a utilisé le langage de l'«abstraction lyrique» pour exprimer la poétique de l'industrie moderne. Le peintre a visité de nombreux sites industriels dans une véritable quête esthétique. La découverte de cette archive fournit une pierre angulaire de notre travail sur l'industrie automatisée et l'histoire de la sociologie du travail, ainsi que des représentations visuelles de l'industrie. Il donne un aperçu à un moment de l'histoire où les sociologues et les artistes ont posé des questions convergentes sur l'avenir du travail industriel.