Sciences Po CSO/CNRS CNRS

Focus sur les cinq nouveaux doctorants du CSO

En cette rentrée 2011, cinq nouveaux doctorants, inscrits en thèse à Sciences Po, ont rejoint le CSO. Nous avons le plaisir de vous les présenter :

Julie Blanck





Sujet de la thèse :

"Rendre le temps long gouvernable. Le rôle et la place de l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) dans les dispositifs de gouvernance des déchets radioactifs"
Sous la direction de

Olivier Borraz au sein du Programme Gouvernance des risques.


Source de financement : l’Andra


En quelques mots :

Julie Blanck centre son travail de recherche sur l’Andra, sa place et son rôle dans les dispositifs de gestion des déchets radioactifs. Cette agence a subi une série de changements organisationnels profonds, qui ont conduit à diversifier ses missions et à la placer au cœur de la gouvernance des déchets radioactifs en France. Cela implique qu’elle doive assurer des tâches de coordination souvent sensibles, tant en interne (notamment entre les dimensions recherche et industrie) qu’avec des partenaires extérieurs impliqués dans la production et la gestion de ces déchets (EDF, Areva, CEA, …).

Approche et méthodologie :

Julie Blanck entend saisir ces tâches de coordination en privilégiant une entrée par les temporalités : comment l’Andra parvient-elle à articuler le temps de la recherche, le temps des projets industriels, le temps politique et le temps de vie des déchets. Plus précisément, elle s’intéressera aux différents dispositifs qui ont été conçus et mis en œuvre pour articuler ces différentes temporalités, tant à l’échelle organisationnelle qu’inter-organisationnelle. Pour ce faire, elle s’appuiera sur une étude des archives de l’Andra, la conduite d’entretiens auprès de personnels de l’agence et des organisations avec lesquelles celle-ci est en relation, et des observations in situ.

Lire le résumé de thèse

Pour en savoir plus sur Julie Blanck




Camille Boubal






Sujet de la thèse :

"L’obésité infantile : savoirs, instruments et politiques de santé publique"
Sous la direction de

Olivier Borraz et en collaboration avec Henri Bergeron et Patrick Castel, chercheurs responsables du Programme Santé.


Source de financement : l’INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé)


En quelques mots :

Depuis peu, l’Etat a progressivement intégré les savoirs d’une nouvelle discipline, le "marketing social", dans la réalisation de campagnes d’information et d’éducation. Pour cela, certains segments de l’Etat ont établi des partenariats avec le monde privé (agences de marketing et industries agroalimentaires). En prenant le cas de la lutte contre l’obésité, la thèse entend s’intéresser à l’avènement du marketing social, à la fois comme nouvelle science de gouvernement et comme instrument d’action publique. Cela amènera Camille Boubal à s’intéresser aux différentes formes de savoirs mobilisés, à leurs usages politiques, et aux transformations qui en résultent en matière d’action publique.

Approche et méthodologie :

En plus d’une recherche documentaire approfondie, Camille Boubal mènera une centaine d’entretiens en France et aux Etats-Unis avec les personnes qui étudient, valorisent ou utilisent le marketing social au sein de différentes institutions scientifiques, administratives et politiques.

Lire le résumé de thèse

Pour en savoir plus sur Camille Boubal





Christophe Claisse






Sujet de la thèse :

Les carrières professionnelles à l'épreuve de la recomposition des formes de mobilité.
Sous la direction de

Didier Demazière dans le cadre du Programme Nouvelles formes de gouvernance économique

Source de financement : CIFRE


En quelques mots :

La mise en place de politiques de l'emploi centrées sur la flexicurité a fait émerger la question de la sécurisation des parcours professionnels. L'enchaînement des séquences de mobilité, qui ne s'opère plus uniquement au sein de l'emploi, génère des enjeux cruciaux dans la conduite des carrières des individus amenés à se muer en entrepreneurs de leur propre devenir professionnel. La carrière professionnelle devient donc un enjeu commun entre deux principales catégories d'acteurs distincts, l'individu et l'organisation.

Approche et méthodologie :

L'analyse des carrières professionnelles articulera dimensions institutionnelle, organisationnelle et biographique. Celles-ci seront renseignées à partir d'une approche monographique et comparative d'entreprises dont la sélection n'est pas encore arrêtée. On pourra ainsi prendre en compte les propriétés des contextes organisés dans lesquels les carrières se déploient, et mettre au jour la capacité des individus à articuler un ensemble de ressources et de contraintes pour se mouvoir dans un espace d’activité non réductible à l’emploi. En outre, le recours aux entretiens biographiques permettra de prendre en compte les significations que les individus donnent à leurs actions, en replaçant leur engagement dans un parcours socio-professionnel. Enfin le recours aux outils statistiques permettra de délimiter en amont les types de mondes professionnels où s’expriment ces formes de mobilité.

Lire le résumé de thèse

Pour en savoir plus sur Christophe Claisse





Clémentine Gozlan






Sujet de la thèse :

"Genèse, fabrique et usages des indicateurs : l’émergence des pratiques d’évaluation quantitative de la recherche en Sciences Humaines et Sociales"
Sous la direction de

Christine Musselin et Jérôme Aust dans le cadre du Programme Enseignement supérieur et recherche


Financement : contrat doctoral avec Sciences Po


En quelques mots :

L’évaluation de l’activité scientifique des chercheurs et des laboratoires a pris une importance croissante au cours des dernières années, notamment parce que l’affectation des ressources et les décisions relatives aux carrières reposent de plus en plus sur les résultats qu’elle produit. Ces derniers sont qualitatifs mais le recours à des indicateurs chiffrés (tels que le citation index ou l’impact factor) ou à des notations (comme celle utilisée par l’AERES) s’est généralisé notamment en science. L’objectif de cette thèse sera de comprendre comment ces pratiques évaluatives et leur quantification ont tenté d’être appliquées aux sciences humaines et sociales. Il s’agira de suivre aussi bien les controverses que cette évolution suscite en SHS que les processus de construction d’indicateurs et leur usage. Ce cas d’étude spécifique s’inscrit dans une réflexion plus large sur l’impératif évaluatif et le pilotage par les indicateurs dans les politiques publiques.

Approche et méthodologie :

Clémentine Gozlan retracera l’histoire récente des pratiques évaluatives en SHS et la manière dont la construction d’indicateurs dans ce domaine de recherche a émergé et a été appréhendée. Elle s’intéressera aussi aux controverses que celle évolution a suscitées. Elle suivra enfin les travaux d’une commission qui s’efforce de produire ces indicateurs et analysera la réception qui sera faite aux propositions de cette dernière. Travail sur archives, entretiens et observation constitueront ses principaux instruments d’investigation empirique.

Lire le résumé de thèse

Pour en savoir plus sur Clémentine Gozlan




Marie Piganiol






Sujet de la thèse :

"Des normes institutionnelles aux pratiques d’achat. Le marché du logement à l’aune des prescriptions écologiques"
Sous la direction de

Sophie Dubuisson-Quellier au sein du Programme Nouvelles formes de gouvernance économique


Financement : contrat doctoral avec Sciences Po



En quelques mots :

Marie Piganiol étudie les pratiques d’achat sur le marché du logement à l’aune des prescriptions écologiques. Elle montre que même si le marché fait intervenir une pluralité d’acteurs, l’Etat, à travers ses instruments, garde un rôle décisif dans la régulation des pratiques. A cet égard et de manière croissante, les objectifs environnementaux fixés par les pouvoirs publics ont abouti à un ensemble de dispositifs et de labels de qualité qui deviennent des critères importants sur ces marchés.

Approche et méthodologie :

A partir de méthodologies quantitatives et qualitatives, ce travail interrogera les formes d’encadrement, et en particulier les équipements écologiques, qui permettent aux acteurs de juger, évaluer, comparer et choisir sur le marché immobilier.

Lire le résumé de thèse

Pour en savoir plus sur Marie Piganiol