Sciences Po CSO/CNRS CNRS

Michel CROZIER

Directeur de recherche de classe exceptionnelle

Axes de recherche


Michel CROZIER


Michel Crozier (1922) est membre de l'Académie des sciences morales et politiques depuis 1999.

Michel Crozier est décédé le 23 mai 2013.

Voir aussi le site MICHEL-CROZIER.org





Au sortir de la guerre, après des études commerciales et une licence de droit, Michel Crozier obtient une bourse pour étudier les syndicats aux États-Unis. Comme il le dira lui-même beaucoup plus tard, ce séjour sera décisif pour l’intellectuel de gauche littéraire et épris de critique sociale qu’il était. Pendant quatorze mois, il va sillonner les États-Unis, rencontrant des syndicalistes de tous bords qu’il interviewe pour comprendre le fonctionnement et le rôle des syndicats américains. Ce séjour lui permet de s’approcher de la société américaine d’alors et, plus encore, lui donne le goût de l’enquête et de la recherche de terrain. De retour en France, il publie un livre sur cette enquête, passe un doctorat de droit puis entre au CNRS avec pour projet de comprendre les raisons pour lesquelles les employés n’ont pas la conscience de classe que leur suppose la théorie marxiste. Il participe, dès sa fondation, à l’Institut des sciences sociales et du travail (ISST) financé par des fonds provenant des contreparties de l’aide Marshall.

Il entreprend sa première recherche empirique sur les Chèques Postaux. Les résultats de l’étude, publiés aux Éditions du CNRS sous le titre Petits Fonctionnaires au travail, le font connaître du milieu des sociologues du travail réunis autour de Georges Friedmann et, dès lors, les enquêtes s’enchaînent les unes aux autres. Entre 1955 et 1959, Michel Crozier, qui dispose maintenant d’une petite équipe à l’ISST, mène une recherche-action dans une grande banque, une recherche extensive dans six compagnies d’assurances qui fournira le matériau de son livre Le Monde des employés de bureau publié en 1965, et surtout l’enquête dans les manufactures de tabac du SEITA.

En 1959, il est invité par la Fondation Ford au Center for Advanced Studies in the Behavioral Sciences, à Palo Alto en Californie, et y commence la réflexion qui va le conduire à la rédaction, d’abord en anglais, puis en français (sous forme de thèse d’État) de son livre Le Phénomène bureaucratique, qu’il publie en 1964. Il y esquisse les fondements de ce qui deviendra « l’analyse stratégique des organisations ». Fort du succès de ce livre, il fonde une équipe de recherche du CNRS, le Centre de sociologie des organisations, recrute progressivement un groupe de jeune chercheurs et y entreprend un nouveau programme de recherche, cette fois sur l’administration française face au changement. Parallèlement, il poursuit l’explicitation des prémisses théoriques et l’approfondissement de la démarche de recherche et de la méthodologie d’action qui sous-tendent son approche de l’analyse des organisations.

Ce double travail empirique et théorique aboutira, d’une part, à la publication, par les membres du Centre de sociologie des organisations, d’une série de livres et de thèses sur l’action administrative en France et, d’autre part, à la rédaction, en collaboration avec Erhard Friedberg, d’un essai théorique, L’Acteur et le Système, dans lequel sont présentés les éléments d’une théorie organisationnelle de l’action collective. Celle-ci veut étendre l’approche utilisée pour l’analyse des organisations à l’étude des systèmes d’action qui sous-tendent l’action collective en dehors du cadre formel des organisations. Publié en 1977, ce livre vient à son heure alors que l’emprise du marxisme structuraliste sur les sciences sociales et sur le monde intellectuel en France commence à faiblir. Il connaît un grand retentissement, bien au-delà du seul milieu sociologique. En permettant de structurer un enseignement pratique de la sociologie ainsi qu’une démarche de recherche, il a largement contribué à la réhabilitation et au renouvellement d’une sociologie de l’action en France.

Mais, pour Michel Crozier, la théorie sociologique n’est pas une fin en soi. Très engagé dans le groupe des intellectuels autour de la revue Esprit, et membre, dès l’origine, du Club Jean Moulin, il a toujours cherché à faire coïncider son activité de recherche avec son engagement pour la réforme de la société et de l’État français. Le programme de recherche initié sur l’administration française face au changement, ainsi que toute une série de livres (La Société bloquée publié en 1970, On ne change pas la société par décret en 1979, État modeste, État moderne en 1987) en témoignent.

Pour Michel Crozier, la connaissance sociologique doit être utile, elle doit produire une connaissance pratique, une connaissance qui puisse être un outil du changement en permettant aux intéressés de mieux comprendre leur situation et donc, d’être mieux à même de la changer.
Michel Crozier a dernièrement publié ses méoires en deux tomes : Ma Belle époque (2002) et A Contre-courant (2004), chez Fayard, Paris.

Par Erhard Friedberg,
avec l'autorisation des editions Banlieues Media©





- Fellow du Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences de l’Université de Stanford (1959-1960) (1973-1974)
- Professeur de Sociologie à Harvard (1966-1967) (1968-1970) (1980).
- Professeur à Ecole des Sciences Sociales de l’Université de Californie à Irvine (1982-1989)
- Professeur de Sociologie à l’Université de Nanterre (1967-1968)





- Directeur de Recherche au CNRS
- Directeur du CSO (1961-1985)
- Conseiller Scientifique au Cabinet International de Management SMG (depuis 1993)
- Membre du Conseil de Surveillance du groupe Express (1971)
- Président de la Société Française de Sociologie (1970-1972)
- Directeur du Cycle Supérieur de Sociologie de l’IEP de Paris (1975-1992)
- Membre du Comité Directeur du Club Jean Moulin (1960-1970)





- Diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales
- Docteur en droit
- Docteur d’Etat ès Lettres
- Fondateur du CSO
- Membre de l’Institut (Académie des Sciences Morales et Politiques) (depuis 1999)
- Officier de la Légion d’Honneur
- Commandeur de l’Ordre National du Mérite
- Prix Tocqueville pour l’ensemble de son œuvre (1997)

Depuis 1999, Michel Crozier est membre de l'Académie des sciences morales et politiques.




Nouveau regard sur la société française
Nouveau regard sur la société française, Odile Jacob, 2007.


A contre-courant, Fayard, 2004.

Ma belle Epoque., Fayard, 2002.

Quand la France s'ouvrira, Fayard, Paris., 2000.

A quoi sert la sociologie des organisations ?, Ed. Seli Arslan, 2000.

La crise de l'intelligence. Essai sur l'impuissance des élites à se réformer, InterEditions, 1995.

L'entreprise à l'écoute : apprendre le management post-industriel, Interéditions, 1989.

Etat modeste, Etat moderne, Fayard, 1987.

Le mal américain, Fayard, 1980.

On ne change pas la société par décret, Grasset, 1979.

L'acteur et le système
L'acteur et le système, Le Seuil, 1977.


The Crisis of Democraties. Report on the Governability of Democracies, New York University Press, 1975.

La société bloquée, Editions du Seuil, 1970.

Le Monde des Employés de Bureau, Le Seuil, 1965.

Le phénomène bureaucratique
Le phénomène bureaucratique, Le Seuil, 1964.


Voir toutes les publications